Un jardin au creux des mains : les lecteurs en parlent


ATTENTION ! Pépite à paraître aux Éditions Nouvelle Bibliothèque le 27 mars dans la section littérature jeunesse... Mais y a-t-il une limite d’âge pour un tel trésor ? Je ne crois pas ! Au contraire, ce texte et ces illustrations parleront à l’enfant qui sommeille en chacun de nous... 🌸Je veux ce livre dans ma bibliothèque pour le transmettre à mes enfants… Et un jour plus tard à mes petits-enfants... 🌸"

Céline Pérette 85La chronique ICI

La plume : Délicatement, l’auteur parvient à installer le lecteur confortablement dans sa lecture, on se retrouve sur un petit nuage. Les illustrations : Quel travail ! Purée, j’ai adoré ! C’est vraiment excellent. Ce sont des illustrations que j’ai apprécié parce qu’elles me rappellent les livres que je lisais étant enfant."

Satine's booksLa chronique ICI

Offrir aux lecteurs une histoire qui leur redonne l’odeur, la saveur, et les impressions propres à l’enfance est vraiment un défi de taille !! C’est pourtant ce que réussissent à faire Michel Cordeboeuf et Hélène Valentin dans Un jardin au creux des mains, et ce avec talent. Je l’ai dévoré avec grand plaisir. Vous l’aurez compris, je vous recommande vivement Un jardin au creux des mains ! N’ hésitez pas devant cette petite merveille !"

Citrouille PapoteLa chronique ICI

Un album qui ravive de lointains souvenirs synonymes de bonheur et qui nous berce par les mots et les images. Une belle découverte enchanteresse qui m’a énormément émue !"

Aurélivres 57La chronique ICI

J'ai eu un véritable coup de cœur pour cet album. Véritable plaidoyer pour la famille et la nature, ce livre est une bulle de douceur. Les aquarelles qui l'illustrent sont tout en délicatesse."

Ça va mieux en le lisantLa chronique ICI

Une ode à la nature, à l’amour dont le lyrisme touchera forcément le lecteur ! Un récit qui nous replonge dans notre enfance et nous invite à la méditation sur la sagesse de nos aînés, sur nos liens familiaux, sur cette planète si belle. Une fable féérique aux milles couleurs et odeurs !"

Fahrenheit 452La chronique ICI