Le voyage d'une seconde - Nour Kiahara


Paraplégique depuis un an, Georges est sur le point de décéder dans son lit auprès de sa femme Catherine et sa petite fille, Edna. Après quatre-vingts années de vie, il le sait, c’est maintenant qu’il va la quitter. Pourtant, après avoir fermé les yeux, il se retrouve quelques instants plus tard dans son salon, confortablement assis dans son fauteuil. Et le plus étonnant… C’est qu’il a retrouvé l’usage de ses jambes ! S’ensuit alors un long voyage à travers le temps, à travers sa mémoire, et à travers des bonds dans le passé qu’il ne contrôle pas. Là où d’autres profiteraient de ce phénomène pour assouvir des fantasmes, Georges sait très bien à quoi il va dédier sa nouvelle vie. Retrouver le Fugace. Le célèbre tueur en série qui a assassiné sa fille, Tyana.


  • Catégorie : Littérature adulte
  • UGS : 978-2-490288-18-2

Prix :18


ACHETER

Description

Extrait

Tout est flou. J’étais accoutumé à ce brouillard épais à chaque émergence dans le passé. Mais celui-ci s’évaporait aussitôt, à tire-d’aile. Cela fait maintenant dix minutes que mes yeux sont grands ouverts et je ne vois toujours pas net. Je bats des cils, de plus en plus soucieux. Je devine que je me trouve dans ma chambre, allongé et seul. Voilà qui est rassurant. Car il est souvent embarrassant de se réveiller au beau milieu d’une jacasserie. D’avoir à justifier notre seconde d’absence, notre amnésie soudaine. De trouver des excuses plus ridicules les unes que les autres pour camoufler des bourdes. Mais là, c’est ma vision trouble qui me préoccupe. C’est comme si… comme si j’étais redevenu myope.

Dans un éclair de lucidité, je penche la tête vers la table de chevet où reposent mes anciennes lunettes. Je les saisis pour y voir plus clair. Je me redresse et m’adosse contre le mur. Je suis revenu avant mars 2009, date à laquelle je m’étais fait opérer de la myopie. C’est pénible, mais il va falloir que je m’y accommode à nouveau. J’ai la sensation d’être esseulé dans l’appartement. Je parcours les pièces de mon domicile, une à une. Toutes désertes. Je découvre aussi la date du jour : « 13 janvier 2009 »

Cette fois-ci, j’ai quelques mois d’avance sur la prochaine agression. Ce n’est guère mieux puisque je n’ai, jusqu’à présent, jamais fait deux bonds dans une même année. Mes chances de me retrouver face au Fugace s’amenuisent comme les flammes de la bougie qui se consume sur la table de mon bureau. J’ai un désir croissant d’abandonner. Je m’affale lourdement sur le fauteuil en cuir noir, incliné vers l’arrière. Tout près de la fenêtre. Je me dis que je pourrais passer ce voyage à faire des choses agréables plutôt qu’à m’infliger ces souffrances. C’est douloureux de partir à la recherche de la vérité. 

J’ai peur. Peur d’échouer. Peur que le Fugace se faufile encore entre mes doigts. À côté de ça, j’ai des milliers de chimères en tête qui rendraient ma fin de vie plus excitante. Dépenser, chaque jour, toutes mes économies pour me permettre des fantaisies. Franchir la ligne d’arrivée d’un marathon, les bras fièrement levés. Je croiserais le regard fier de Catherine et Edna. Et pourquoi pas celui de Tyana aussi, si je reviens juste avant l’enfer de son absence. Réunir tous mes proches. Profiter d’eux, encore et encore comme si j’avais toute la vie devant moi. J’aimerais retrouver ma mère et redevenir un fils. Je ne me suis jamais gardé de lui dire que je l’aimais. Aucun regret à ce niveau-là. Mais je ne me lasserais jamais de lui montrer toute mon affection.


Format : 140x210

Papier crème

Couverture : brillante

223 pages

18€

ISBN : 978-2-490288-18-2