Dissonances - Marie-Hélène Fasquel & Gabriel Erhart


À travers quelques portraits de musiciens, ce recueil de nouvelles raconte des histoires singulières où la musique entraîne des réactions imprévisibles, dues à des accoutumances, des addictions, des perturbations mentales, des névroses, façonnant un destin qui avance comme la mécanique bien huilée d’une symphonie. Rien n’est jamais simple dans l’univers des rythmes et des fréquences qui imprègnent les esprits, les déforment, les dévoient, jouent de la morale et font parfois chavirer des personnages banals vers une dramaturgie cruelle…


  • Catégorie : Littérature adulte
  • UGS : 978-2-490-288- 76-2

Prix :16


ACHETER

Description

Attention :  Toute commande est prise en compte. Néanmoins, en fonction des volumes et des flux, les délais de réception peuvent être exceptionnellement rallongés de quelques jours. Bien que ces délais ne nous incombent pas, nous faisons le maximum pour les réduire. Néanmoins, toute commande passée est prise en compte immédiatement par nos services.


Gabriel Erhart 

Auteur, chroniqueur, professeur de conservatoire, saxophoniste et flûtiste de jazz professionnel, il poursuit sa carrière musicale avec ses filles dans CANTUS FAMILIAS, un quatuor baroque.  

Marie-Hélène Fasquel

Professeure agrégée d’anglais, de littérature, auteure, conférencière, chroniqueuse. Laurent Delahousse lui a consacré une émission sur France 2 lors de sa sélection pour le Global Teacher Prize. 


Extrait

La pluie du Nord tombait par saccades lourdes et denses.

Maryse ouvrit rapidement son parapluie, mais il se retourna sous le vent. Rageusement, elle le replia sans attacher le velcro. Au même moment, un bus la croisa et lui envoya une gerbe boueuse, achevant d’assombrir son humeur. Et puis, il y avait ce bouton de fièvre découvert à son lever dans le miroir de la salle de bain. Bien visible. Pour une première enquête, ça commençait bien, songea-t-elle en franchissant le portail du conservatoire. Bien sûr, elle s’était préparée à ce retour et, malgré elle, les souvenirs la submergèrent dès son entrée dans les locaux vétustes : les cours de formation musicale, les gammes au piano, la chorale braillarde, les examens où seule, désespérément seule, plantée devant un jury las et inattentif, elle devait musicalement exprimer quelque chose dont le sens lui avait toujours échappé…

Pourquoi avait-il fallu que son père fasse de la musique et qu’il veuille à tout prix perpétuer la tradition ? Après tout, il n’avait rien fait de ses années d’études, à part écouter en boucle les quatuors de Beethoven qu’elle détestait. Surtout le cor. Il y a des instruments dont on ne supporte pas le timbre. C’est viscéral.

Elle se faufila sous le cordon jaune. Une secrétaire vêtue comme une retraitée l’accueillit en fronçant les sourcils :

— C’est vous le lieutenant ?

— En effet, répondit-elle sans s’étendre sur les évolutions de la police.

Elle saturait de ce genre de débat. Les femmes prenaient leur place partout, y compris dans l’armée et elle trouvait cela juste. Point final.

— Où est le cadavre ?

— Suivez-moi, répondit la secrétaire en sursautant à l’énoncé du mot cadavre.

Elle entra dans un bureau conforme à l’esthétique de l’administration : armoires métalliques, bureau en particules, chaises à roulettes usagées. Le directeur reposait, avachi sur son bureau, dans une attitude éminemment contraire à la dignité de sa fonction.

— Je l’ai trouvé comme ça, ce matin, dit la secrétaire en s’excusant presque.

— C’est comment votre nom ?

— Liugi, répondit la secrétaire, qui se mit au garde-à-vous, pressentant l’interrogatoire.

— Bon asseyez-vous, suggéra Maryse…. Vous n’auriez pas un peu de café, s’il vous plaît ?


Format : 198 mm x 129 mm

Nombre total de pages : 140

Couverture : Souple

Reliure : Dos carré collé

Pelliculage : Brillant

ISBN : 978-2-490288-76-2