Philippe Henry


Philippe Henry
Romans

Je m’appelle Philippe Henry (Henry, c’est le nom de famille. Les gens confondent souvent). Je suis né le 26 janvier 1950 à Paris dans le 10ème…. Et déjà, les problèmes commencent ! Jusqu’à 16 ou 17 ans, je croyais être né le 25 janvier.


Présentation de l'auteur


Le Legs


« Ils ont toujours prononcé mon prénom comme si j’étais espagnol. Ils disaient «Ron». Pas une fois ils ne se sont demandé d’où venait ce prénom. Jon, c’est le diminutif de Jonathan. Jonathan, c’est un prénom juif. Je suis juif. Ma mère était juive. Grand-père était juif. » Mais cet héritage-là, Jon n'en veut pas. Il ne veut pas de cette douleur qui lui vient du passé. Il donnerait tant pour que ne retombe pas sur ses épaules cette mission absurde que lui a assignée son grand père, aux derniers souffles de sa vie. Il voudrait vivre comme tous les autres jeunes de son âge. Comme la petite Marie, comme Gilles. La vie est si douce avec eux. Mais peut-il continuer comme avant, comme s'il ne savait pas ? 


Dossier Presse : Le legs



Les lecteurs en parlent




La montre à complications


Marie ne va plus vivre longtemps. Elle était pourtant heureuse. Une vie de famille toute simple. C’était jusqu’à ce que Steeve caresse des rêves de grandeur. Au fond de sa cellule, Maxime enrage. Il porte sur ses épaules un crime épouvantable. Tout le monde lui dit. Mais lui se débat. Non, il n'a tué personne ! Et puis il y a Marc. Quand il n’est pas sous les verrous, il fricote avec ses copains. Oh, des petits coups… rien de bien grave au fond. Ils font plutôt penser aux pieds nickelés dans cette bande. Le vrai méchant, c’est Charles. Lui, il donne dans le lourd. Drogue, intimidation, meurtre. Il a une équipe pour ce genre de besogne. L’embêtant, c’est qu’il faut toujours défendre son territoire. Si vous donnez un doigt, c’est le bras qui risque d’y passer. Alors, il faut bien prendre des mesures n’est-ce pas…



Les lecteurs en parlent